{Lecture} Changeons de voie : les leçons du coronavirus

Tous mes livres sur Babelio.com

Pascal : “Il est dangereux de trop faire voir à l’homme combien il est égal aux bêtes, sans lui montrer sa grandeur, et il est encore dangereux de lui trop faire voir sa grandeur sans sa bassesse. Il est encore plus dangereux de lui laisser ignorer l’un et l’autre.”

p. 32

Car toute vie est une aventure incertaine […].

p. 34

Solidarité et responsabilité sont des nécessités clés d’une société dont les membres sont libres.

p. 106

Le véritable art du réalisme est stratégique et non programmateur. L’écologie de l’action nous enseigne que toute action, dès qu’elle entre dans le milieu qu’elle doit modifier, peut être modifiée par ce milieu, détournée de son but et même aboutir au contraire de son intention. Combien de déclencheurs de guerre, sûrs de la victoire, n’ont-ils pas abouti au désastre ? Il en résulte de que nous devons veiller avec une extrême vigilance à ce que nos actions ne soient pas détournées de leurs intentions par une réaction extrême et meurtrière […].
Le réalisme considère à la fois le probable et l’improbable et prévoit la possibilité de l’imprévu. Il comporte une stratégie capable de se modifier selon les informations, les aléas et les contretemps subis en cours d’action.

p. 138

Comme l’écrit Pascal : “Nous courons sans souci dans le précipice, après que nous avons mis quelque chose devant nous pour nous empêcher de le voir.”

p. 143

L’espoir n’est pas certitude, il porte la conscience des dangers et des menaces, mais il nous faut prendre parti et faire pari.

p. 145

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.